Retour Accueil

Dimanche

Le dimanche est considéré soit comme le premier - traditionnellement - soit comme le dernier jour de la semaine. En ce jour, pour la plupart des chrétiens, le Christ est célébré dans l'Eucharistie en tant que Seigneur. Il est traditionnellement considéré comme un jour de repos en Europe, depuis le règne de Constantin.

Étymologie

Le terme vient du latin (la) «dies Dominicus», «jour du Seigneur», puis par dissimilation consonantique, «diominicu». L'étymologie du terme peut être retracée à partir du "Didachè" : «Dies dominicus» est une traduction du grec «Kuriake Heméra».

Place dans les calendriers

L'Académie française note, dans la neuvième édition de son dictionnaire :
«Traditionnellement, et aujourd'hui encore dans la langue religieuse, premier jour de la semaine qui commémore la résurrection du Christ ; il comportait aussi la prescription du repos. Dans la langue courante, septième et dernier jour de la semaine.»
Le Littré de 1863 indique seulement : "premier jour de la semaine", alors qu'au contraire, la norme internationale ISO 8601 considère que la semaine commence un lundi.
Selon l'évêque Ussher, la «date de la création du monde» était située le dimanche 23 octobre 4004 avant J.-C.
Les calendriers anglo-saxons sont généralement imprimés avec le dimanche en premier et certains sites internet continuent cette pratique. Toutefois la tendance générale semble aller vers l'adoption du nouveau système.
Les Romains associaient ce jour au Soleil (dies solis) ; on retrouve encore cette étymologie dans les mots anglais Sunday ou allemand Sonntag.

La tradition du dimanche chrétien et ce que dit la Bible

Il est important de noter que la Bible ne cite jamais le dimanche comme étant le jour mis à part par/pour Dieu, mais le 7ème jour biblique (samedi) - le sabbat - selon les 10 commandements et rappelé une multitude de fois dans la Bible. Dieu a Lui-même sanctifié le jour du sabbat, c'est l'Homme (Constantin) qui s'est permit de changer la loi de Dieu (Daniel 7:25) en instaurant le dimanche. Dieu (dans la Bible) n'a jamais abolit la loi du sabbat, comme il a pu le faire par exemple, en ce qui concerne les sacrifices ou la circoncision.
Le dimanche est le jour où le Christ est ressuscité. D'après la Bible, Jésus meurt sur la croix un vendredi après-midi. Il fut enterré rapidement à cause du Shabbat qui commence dès la tombée de la nuit et pendant lequel il est interdit d'ensevelir les morts et de les couvrir de parfum. Les femmes myrrhophores furent donc obligées d'attendre le dimanche matin, pour procéder aux embaumements et préparations qu'elles n'auraient pas eu le temps de faire le vendredi avant le coucher du soleil. Elles découvrirent alors le tombeau vide.
Chaque dimanche est la célébration de la résurrection du Christ, événement capital sur lequel se fonde la foi chrétienne. C'est pourquoi le dimanche est aussi considéré comme le huitième jour d'une création nouvelle inaugurée par la Résurrection.
C'est au cours de la journée du dimanche qu'a lieu la principale célébration eucharistique de la semaine dite messe chez les catholiques, cène chez les protestants et liturgie chez les orthodoxes. Chaque catholique doit se rendre à la «messe dominicale». Pour faciliter cette participation, l'Église romaine a obtenu que le dimanche devienne jour de repos obligatoire, à partir des IVe etVe siècles à Rome, depuis le règne de l'empereur Constantin.
Le Sabbat qui était célébré jusqu'à cette époque par tous les chrétiens, a continué d'être observé parallèlement dans de nombreuses communautés hors de Rome où le dimanche, jour du dieu solaire romain, Mithra (appelé aussi "Seigneur" par ses adorateurs), fut même imposé par la force en le rendant obligatoire sous l'empereur Théodose ; tout culte non catholique fut interdit. Progressivement, il le devint dans tout l'empire romain.
Chez les catholiques, le dimanche soir est l'occasion d'une autre célébration, appelée "les vêpres", tombée largement en désuétude mais encore pratiquée dans les abbayes et monastères et dans certains milieux.

Les dimanches particuliers du calendrier chrétien

Le dimanche est le jour saint de la plupart des confessions chrétiennes.
Pâques est toujours célébré un dimanche.
Le dimanche qui précède Pâques est le dimanche des Rameaux.

Dans l'usage propre à l'Église latine

Dans le catholicisme, l'année liturgique commence un dimanche, le premier dimanche de l'Avent, soit quatre semaines avant Noël.
Le cinquième dimanche après Pâques est le dimanche des Rogations.
Le huitième dimanche après Pâques est le dimanche de la Trinité.
Le premier dimanche du Carême est surnommé le dimanche des Bures.
Il n'y a pas de jeûne le dimanche, même en période de Carême. De fait, le temps de Carême (40 jours avant Pâques) se mesure sans tenir compte des dimanches.

Dans l'usage propre à l'Église orthodoxe

Durant le carême de Noël :
Dimanche des ancêtres, dimanche situé de 14 à 20 jours avant Noël.
Dimanche de la généalogie, dimanche qui précède Noël.

Durant le temps de Noël :
Dimanche des proches du Seigneur, dimanche entre Noël et le jour de l'an.

Cinq dimanches précédant le Grand Carême :
Dimanche de Zachée, 5e dimanche avant le Grand Carême.
Dimanche du Pharisien et du Publicain, 4e dimanche avant le Grand Carême.
Dimanche du Fils prodigue, 3e dimanche avant le Grand Carême.
Dimanche du Jugement dernier, ou dimanche du Carnaval.
Dimanche du Pardon, ou dimanche de la Tyrophagie.

Cinq dimanches du Grand Carême :
Dimanche de l'Orthodoxie, 1er dimanche de carême, commémoration du rétablissement des icônes le 11 mars 843.
Dimanche de saint Grégoire Palamas, 2e dimanche de carême.
Dimanche de la Croix, 3e dimanche de carême, milieu du carême.
Dimanche de saint Jean Climaque, 4e dimanche de carême.
Dimanche de sainte Marie l'Égyptienne, 5e dimanche de carême.

Sept dimanches du temps pascal et de l'Ascension :
Dimanche de Pâques, 1er dimanche de Pâques.
Dimanche de Thomas, 2e dimanche de Pâques (ou 1er dimanche après Pâques).
Dimanche des Myrrhophores, 3e dimanche de Pâques (ou 2e dimanche après Pâques).
Dimanche du Paralytique, 4e dimanche de Pâques (ou 3e dimanche après Pâques).
Dimanche de la Samaritaine, 5e dimanche de Pâques (ou 4e dimanche après Pâques).
Dimanche de l'Aveugle-né, 6e dimanche de Pâques (ou 5e dimanche après Pâques).
Dimanche des Pères du concile de Nicée I, dimanche après l'Ascension.

Dimanches de la pentecôte :
Dimanche de la Pentecôte, fête de la Trinité, descente du Saint-Esprit sur les apôtres (50 jours après Pâques).
Dimanche de Tous les Saints, 1er dimanche après la Pentecôte.
Dimanche de Tous les Saints du lieu, 2e dimanche après la Pentecôte.

Histoire du dimanche comme jour de repos

Le dimanche comme jour de repos dans la culture gréco-latine remonte à un décret de l'empereur Constantin Ier, le 7 mars 321: «Au jour vénérable du soleil, que les magistrats et les habitants se reposent et que tous les ateliers soient fermés.»
Selon Paul Veyne, Constantin utilisa la notion de justitium, bien connue du droit public romain, pour imposer à l'empire encore très majoritairement païen le repos dominical chrétien. Habilement, il décréta un justitium à effet permanent, et devant s'appliquer le jour du soleil, le dies solis. En effet, dans l'astrologie populaire romaine, chaque jour portait le nom d'une planète et comme il n'y en avait que sept (y compris le soleil, car on pensait à l'époque qu'il tournait autour de la terre), ce cycle coïncidait par un heureux hasard avec le rythme de la semaine juive de sept jours.
Du fait que le dies solis soit aussi le jour de la résurrection du Christ, il établissait, par ce décret, une conciliation entre les deux principales religions de Rome et de l'empire : c'était bien dans l'esprit de l'Édit de Milan (313) qui était un véritable édit de tolérance.
Néanmoins, certains chrétiens restèrent fidèles au Sabbat divin. Après les persécutions, les controverses se perpétuèrent entre croyants du même Dieu. Les divergences majeures opposaient ariens et croyants en la divinité du Christ : si le Christ est Seigneur, le jour de sa résurrection est bien un jour du Seigneur. Le jour du Seigneur dans la Bible est le jour de son retour en gloire à la fin de ce monde pour établir son royaume éternel et non un jour de la semaine (1 Th 5.2; Ac 2.20; 2 Pi 3.10; Ap 1.10). Jean fut transporté par l'Esprit en ce jour glorieux comme Paul fut ravi au troisième ciel lors d'une vision (2 Co 12.2).

Pendant la Révolution française

En France, le calendrier grégorien fut supprimé, sous la Convention nationale, par une commission spécialisée, pendant le pontificat de Pie VI. Expérience relativement unique, fut mis en place un calendrier républicain, avec des semaines de dix jours. Le dimanche était donc supprimé. Cela posa des problèmes de repos dans les campagnes, puisqu'on n'avait qu'un jour sur dix pour se reposer. Cela causa aussi des difficultés dans les régions frontalières, pour les échanges économiques.
Le calendrier grégorien et le dimanche furent rétablis en 1806.

Repos dominical (Union européenne)

Le droit européen laisse chaque État membre libre de sa politique concernant le travail le dimanche. Seul un repos hebdomadaire après six jours de travail est exigé. La Cour européenne de justice n'a pas confirmé que le dimanche devait être ce jour d'interruption. Pour la Commission européenne, «le choix d'un jour de fermeture des commerces fait intervenir des considérations de nature historique, culturelle, touristique, sociale et religieuse relevant de l'appréciation de chaque État membre».

Rétablissement du repos dominical (France)

En 1906, la loi du repos dominical a consacré le dimanche comme jour de repos en France.
En mars 1993, Michel Giraud, le nouveau ministre du Travail du gouvernement Balladur, proposa une loi votée en décembre 1993 autorisant l’ouverture le dimanche des magasins spécialisés dans la culture.
De ce fait, la question du travail et de l’ouverture des magasins le dimanche est strictement encadrée par le code du travail et par les tribunaux: Les juges doivent donc appliquer la Loi de 1906 et à la convention de l'OIT.
L'employeur et sa famille a le droit d'ouvrir un commerce le dimanche, mais il n'a pas le droit d'y faire travailler d'autres personne.
En 2007, des exceptions existent, notamment , les dérogations dites de plein droit. Les dérogations de plein droit 9 concernent notamment les hôpitaux, les hôtels ou les musées. D'autres dérogations concernent les zones touristiques ou d'animation culturelle. Par ailleurs, le prefet peut (dans certains cas?) autoriser l'ouverture de magasins le dimanche, le maire et l'inspection du travail peuvent également accorder des autorisations exceptionnelles. Pour l'UMP, ces justifications sont aléatoires: telle enseigne sera autorisée à ouvrir, telle autre non.
En France, le travail le dimanche est compensé par un jour de repos hebdomadaire, mais peut ne pas être payé plus qu'un autre jour.

Opinions

En 1990, 69% des sondés étaient contre le principe du travail le dimanche (sondage SOFRES-Le Pélerin) réalisé du 26 au 28 février (1990). Selon la même enquête, 45% des 18-34 ans pensaient que travailler le dimanche était «une bonne chose». Pour 58% des français, le dimanche n’avait pas de signification religieuse.
En 2008, un sondage effectué par l'Ifop pour le JDD indique que 53% des sondés sont opposés au travail le dimanche, alors qu'un sondage effectué par CSA pour Le Parisien indiquait que 51% des sondés sont favorables (contr 46% hostiles) à l'ouverture des magasins le dimanche.

Conflits médiatisés

De nombreux conflits entre employeurs, Etat et salariés ont été médiatisés, notamment dans les années 2007-2008, afin de pouvoir justifier la modification de la législation sur le travail le dimanche, prévue pour l'automne 2008.
Le "préjudice au public" se manifeste le dimanche. Le type de commerce est un critère, mais bricolage, moquettes, habillement, et électroménager n'ont pas été considérés comme motifs suffisant par la jurisprudence, dans la mesure où ces produits peuvent être achetés un autre jour.
Pour ces commercants, l'ouverture le dimanche est un enjeu important, dans la mesure où ils réalisent 30 à 35 % de leur chiffre d'affaires ce jour de repos. Toutefois, les syndicats de salariés sont opposés à l'ouverture le dimanche.
En 2008, à Thiais, en Val-de-Marne, en France, certains magazins de Thiais-Village peuvent ouvrir le dimanche, alors que d'autres non. Pour vingt et un commerçants, un juge des référés de Créteil, a interdit l'emploi de salariés le dimanche, mais douze d'entre eux, ont obtenu du prefet une dérogation. Toutefois, des dérogations préfectorales sur l'ouverture le dimanche ont déjà été jugées illégales et donc annulées, notamment par le Tribunal Administratif de Cergy en 2007, dans le Val d'Oise.
Certains consommateurs estiment au contraire qu'il ne faut pas respecter la loi, «Tant que le salarié n'est pas forcé, les syndicats (de salariés) n'ont pas à se mêler de ça.» Certaines salariées veulent travailler le dimanche, lorsque le salaire est doublé ce jour là.
L'ouverture le dimanche se fait parfois sans autorisation, mais certains magasins n'ouvrent pas ce jour, pour ne pas avoir à payer une amende de 1 000 euros par employé.
Le Conseil économique et social après avoir été saisi par le Premier ministre en octobre 2006 sur la question du travail le dimanche recommande, dans un avis rendu public le 2 mars 2007, de «ne pas banaliser cette journée en généralisant l’ouverture des commerces et de maintenir le principe du repos dominical». Le CES propose de modifier la législation, notamment pour les commerces alimentaires qui pourraient ouvrir jusqu’à 13 heure, le dimanche. Le CES recommande d'actualiser la délimitation des zones et des périodes touristiques. Le CES propose également pour tous les commerces, une «dérogation exceptionnelle de cinq dimanches de plein droit».

Affrontement idéologique

Politiquement, l'ouverture des magasins le dimanche est promu par le président de la République Française, qui a notamment fait, par trois fois, un sketch télévisé dans lequel il dénonce que les magasins soient ouvert d'un côté de la rue de l'Elysée, alors qu'ils sont fermés de l'autre côté de la rue. Dans ce sketch, le chef de l'Etat, constate que certaines salariées sont contentes de travailler le dimanche. Pour le chef de l'Etat, l'administration est responsable de cette situation. Ce discours pourrait signifier le soutient du CES sur l'actualisation de la délimitation des zones et des périodes touristiques.
Au contraire, au niveau européen, VERDI ainsi que les églises Catholiques et Protestantes ont organisé, à Berlin, le 4 juin 2008, une conférence sur le sauvegarde du dimanche comme jour de repos dominical.
En 2006, le député Pierre Lellouche a présenté à l'assemblée nationale la proposition de loi N° 3262 «visant à modifier l'article L. 221-5 du code du travail afin de permettre l'ouverture des commerces le dimanche».

impact économique

Les deux principales raisons invoquées pour justifier le travail le dimanche sont d'une part une augmentation supposée du PIB ou de la croissance du PIB, et d'autre part, la possibilité envisagée pour les salariés travaillant le dimanche d'un salaire horaire supérieur à celui des salariés ne travaillant pas le dimanche.
Pour Richard Mallié, député UMP , président du groupe de travail parlementaire, «dans certaines zones de chalandise engorgées, l’ouverture le dimanche permettrait d’améliorer la fluidité et donc de générer de la consommation. Elle créerait aussi du pouvoir d’achat pour les salariés majorés ce jour-là.».
Pour les opposants à l’ouverture des magasins le dimanche la consommation des jours de semaine serait simplement reportée vers la journée du dimanche, et favoriserait la grande distribution, sans augmenter le PIB.

Les dimanches restés célèbres

le 22 janvier 1905 est appelé dimanche Sanglant (ou Dimanche Rouge) à Saint-Pétersbourg. C'est le début de la révolution russe de 1905.
Le 3 septembre 1939 est un épisode de la Seconde Guerre mondiale appelé dimanche sanglant de Bydgoszcz.
Le dimanche 30 janvier 1972, à Derry, en Irlande du Nord, est organisée une marche pacifique pour l'égalité des droits entre catholiques et protestants. Malgré des tentatives de négociation avec les forces de l'ordre britanniques, la manifestation se transforme en émeute : treize personnes sont tuées par l'armée. Cette journée, désormais inscrite dans l'Histoire sous le nom de Bloody Sunday, marque le début de la guerre civile.

Divers

Le dimanche est le second et dernier jour du week-end, de la fin de semaine.
Dans de nombreuses juridictions de culture chrétienne, le commerce est restreint le dimanche.
En France, la fête des mères a lieu le dernier dimanche de mai, sauf si elle coïncide avec le jour de la Pentecôte, dans ce cas elle a lieu le premier dimanche de juin.
La fête des pères a lieu aussi le dimanche, deux semaines après la fête des mères.
En France, les élections municipales, cantonales, régionales, présidentielles et européennes ont lieu le dimanche afin que le plus grand nombre de personnes puissent y participer.

Haut de page

Retour Accueil